Rapport du fonctionnement de Boulel.
Juillet à décembre 2018

Objectif : avoir une vision correcte de la situation pour suivi, témoignage et prospection.

(Pour une bonne compréhension : 655 Cfa = 1 €))

Rapport par secteur d’activité

Moulin

Responsable : Seynabou Kâ

Essentiellement petit mil, 5526 kg moulus entre avril et fin juin

Dépenses : 15.350 cfa
Recettes : 13.8150 cfa
Bénéfices : 122.800 cfa

Forces : Tout le grain du village passe par le projet intégré. Qualité meilleure que lors du passage dans les moulins diesel. Allègement des tâches.

Faiblesses : pannes et détériorations du tamis. Décortiqueuse ne fonctionne pas.

Amélioration possible : pouvoir moudre du maïs

Boulangerie

Responsable : Penda Ndao

Mai – juillet

20 sacs de farine de 50 kg. 300 pains par sac : 6000 pains à 80 cfa / pain

Dépenses : 373.000 cfa

Boulanger : 2500 / sac soit 50.000 cfa
sel : 700 cfa
bois : 20.000 cfa
Levure : 5.000 cfa
sucre : 1.000 cfa
farine : 300.000 cfa

Recettes : 480.000 cfa

Bénéfice : 107.000 cfa

Forces : fabrication maison, au village. Gargotes se fournissent au potager.
Faiblesse : disponibilité du bois. Acquisition des compétences. Garantir l’hygiène. Matériel.

Problème du four écroulé.  Solution : construction en technique nubienne. Cout : +/- 400.000 cfa

Huilerie

Responsable : Awa Top

Résultat sur 1 mois car arrêt au début de l’hivernage.

145 litres produits. 1000 cfa/litre (contre 850 pour huile normale) Attapulgite : prix négligeable
110 kg tourteaux (200 cfa / Kg)

Achat 613 kg arachide

Dépenses : 122.600 cfa
Recettes : 167.000 cfa
Bénéfice : 44.400 cfa

Forces : huile de qualité. Disponibilité. Travail pas trop lourd.

Faiblesse : labellisation. Rendre la production régulière. Difficulté de stockage de l’arachide (notamment pour garantir le prix.

Savon

Responsable : Ndeye Ndao

Produits de base : soja, palme, déchet attapulgite.

Recette corps : 1 l palme, 3 l soja, 517 gr soude, 1,5 l d’eau = +/- 36 savons de 500 cfa

Recette lessive : 1,5 l palme, 4 l soja, 517 gr soude, 2,5 l eau = +/- 24 savons de 250 cfa

Production : 117 savons lessive et 176 savons corps

Recettes : 117.250 cfa
Dépenses : 34.200 cfa
Bénéfices : 83.050 cfa

Forces : Qualité du savon, rapidité du travail, valeur d’exemple pour d’autres gpf

Faiblesse : labellisation, stock insuffisant, régularité de la production.

Amélioration possible : faire venir des stocks d’huile de Dakar.

Maraîchage

Responsable : Fatou Kâ

Juin – Décembre

Production d’hivernage : Patates, Manioc, Aubergine (demandent moins de soin donc disponibilité plus grande des femmes aux champs.

438 kg de patates douces (dont 391 vendus)

Autre production avant hivernage : gombo, diakhatou, poivrons, piments, tomates, bissap, pain de singe.

Recettes : 593.000 cfa ( dont 116.800 pain de singe et 33.750 bissap)
Dépenses : 329.250 cfa (essentiellement eau. Or l’eau est utilisée pour d’autres activités donc bilan biaisé)
Solde : 263.750 cfa

Forces : disponibilité des légumes pour le village, pas de risque avec mauvaise utilisation des engrais ou pesticides. Peu de dépenses (puisque rien en intrants)

Faiblesse : matériel à entretenir ou à ranger. Faiblesse des arrosoirs.

Elevage

Responsable : Aïssatou Ndao

Vente de 4 taurillons pour 660000 cfa (qui ont coûté 450000 cfa)

Dépenses : (pour 10 vaches)
9 sacs de nourriture : 48.800 cfa
3 sacs de son : 30.000 cfa
Maïs : 10.000 cfa
50 kg Tourteau : 10.000 cfa
Poudre de poisson :  1.800 cfa
Sel : 1.500 cfa
Paille : 25.000 cfa
Vétérinaire : 42.000 cfa

Soit un total de 159.100 cfa, soit pour 4 vaches : 39.750 cfa

Solde :  (666.000 cfa – (450.000 cfa+ 39.750 cfa) = 176.250 cfa

Forces : disponibilité de la viande pour toutes les fêtes pour tout le village. Mise de fonds pour microfinance. Production d’engrais et enrichissement de la terre. Biogaz

Faiblesses : bergerie. Difficulté de trouver de la nourriture durant la soudure.

Microfinance

Le capital de 660.000 cfa a été distribué entre les 66 femmes du projet donc 10.000 chacune.

De juin à décembre. En décembre, chaque femme a remboursé 12.500 cfa soit un capital de 825.000 cfa avec lequel on a pu acheter 3 jeunes vaches laitières.

L’importance de ce petit crédit doit être documenté. Mis il n’est pas rare d’entre que ces 10000 cfa correctement utilisés rapportent entre 25.000 et 55.000 Cfa

Autre expérience (au départ de la classe d’alphabétisation) : achat d’un gros sac d’Omo et revente au détail. : bénéfice : 330.000 cfa

A note que les banques (et l’Etat) poussent à ce type de microfinance mais que des expériences négatives des membres du groupement les ont poussées à ne pas utiliser les banques mais plutôt leurs fonds propres.

Conclusion :

Entre mai et décembre, le groupement malgré deux difficultés majeures (voûte et effondrement boulangerie) a pu engranger des recettes d’environ 1.000.000 cfa.

Un élément est remarquable : actuellement, il n’y a pas de prise de bénéfice par les femmes du groupement. L’ensemble de ces ressources restent disponibles pour permettre au groupement de continuer à investir. Cette option, difficile, n’a pas été suivie par 11 membres du groupement. Il y a donc actuellement 55 membres actifs.

L’équipe dirigeante, constituée des responsables des différentes activités est très soudé et tient une comptabilité stricte des divers éléments.

Compte-rendu établi suite à une réunion de travail en décembre 2018

 

Share Button