Accueil > Réalisations > Réalisations 2012 > L’école de Imindine > Embouche ovine à l’école de Imine Dine

Embouche ovine à l’école de Imine Dine

jeudi 15 septembre 2011, par Abdoulaye Mboup

L’école d’Imine Dine est constituée de deux abris provisoires en tiges de mil. Elle totalise, en 2010-2011, 76 élèves pour 2 enseignants.

L’école ne bénéficie d’aucune infrastructure (latrines, bloc administratif, cantine,...). Aucun manuel scolaire n’est disponible.

Vu le niveau faible en français et le nombre d’heures effectives de cours donnés, l’équipe pédagogique ne peut que préconiser des renforcements afin d’améliorer la qualité globale des apprentissages.
L’absence de suivi à la maison, dû à un analphabétisme sévère des parents et à une situation d’extrême pauvreté, pose également problème.

L’idée d’un projet d’embouche ovine initiée par l’école d’Imine Dine et l’Association des parents d’élève est justifiée par un double souci :

  • générer des revenus (bénéfices) pour contribuer au financement d’autres projets ;
  • rendre autonome l’école et les élèves en vue de renforcer les enseignements et apprentissages.

Cadre général

La population vit essentiellement d’agriculture et d’élevage avec quelques activités de commerce.

A travers ce projet, il est envisagé de mettre en place, de développer l’embouche ovine pour l’amélioration de la condition de travail et d’existence des enfants de l’école et de générer des sources de revenus dans le quartier.

Description du projet

D’une prise de conscience aiguë, M. Abdoulaye Mboup, Directeur de l’école d’Imine Dine et la communauté scolaire ont décidé de mener des actions de développement plus précisément l’embouche ovine qui servira à toute la collectivité en augmentant ses sources de revenus.

Ce projet consiste à exploiter les potentialités animales tout en favorisant un encadrement contractuel et autonome. Le projet sera implanté à l’école d’Imine Dine dans la commune de Malem-Hodar pour une durée de six mois renouvelables.

Objectifs du projet

  • Initier une forme d’encadrement un appui technologique, une formation qui puisse garantir la continuité du projet sans aucune assistance ;
  • Emboucher les ovins en vue de la vente ;
  • Amener à l’école à subvenir à ses besoins (fournitures scolaires et bureautiques, cantines, cours de renforcement).

Stratégie

Les sujets à emboucher seront mis en stabulation. Un complément d’apport en aliment (mil, tourteaux, sel, céréales, concentré, etc) sera mis à leur disposition. Cependant, les sujets seront suivis par l’Agent Technique de l’Elevage pour les soins vétérinaires.

L’entretien quotidien et un gardiennage seront instaurés.

Les sujets à engraisser (25.000 cfa par sujet) pourront atteindre facilement 45.000 à 50.000 cfa.

Activité du projet

En principe, les activités que cible le projet s’articulent autour de l’achat, de l’engraissement et de la vente au bout de la période d’engraissement.

Les acquisitions des sujets se feront au niveau des marchés hebdomadaires de la localité et la vente au profit des commerçants de bétail venus de Kaffrine ; de Kaolack ou de Dakar.

Les investissements de base (enclos-abreuvoirs ) seront mis à la disposition par les bénéficiaires. Les investissements complémentaires seront constitués par des mangeoires.
Le montant sera inclus dans la rubrique des dépenses d’exploitation.

Budget

Achat de sujets 25.000 cfa x30=750.000 cfa
Couverture sanitaire (déparasitage interne et externe) par rotation 22.500 cfa
Alimentation (par rotation) 243.500 cfa
total 1.016.000 cfa
A charge des parents 243.500 cfa
Demandé à l’asbl 772.500cfa

Résultat attendu

Comme nous pouvons le constater, le projet est techniquement réalisable si le bénéficiaire obtient les moyens financiers nécessaires.

Le projet est suffisamment rentable et permet de dégager un résultat net de près de 502.500 cfa.

Ce résultat permettra d’améliorer très sensiblement la situation financière du bénéficiaire qui pourra consolider ou diversifier ses activités de ré-investissement.

Le bénéfice obtenu, ce qui demeure l’ambition première du bénéficiaire pourra développer davantage cette activité lucrative et bâtir peu à peu son autonomie financière.

L’ensemble des bénéfices sera mis à disposition de l’école par le biais de son comité de gestion. L’argent sera utilisé pour les besoins des rentrées scolaires et capitalisé en vue d’investissements plus importants.

Risques

Les risque d’ordre technique peuvent être solutionnés avec la collaboration des services techniques. L’encadrement d’administration ou des auxiliaires vétérinaires formés dans ce domaine sera requis.

Un suivi périodique du projet sera exécuté par l’Agent Technique de l’Elevage de Malem Hodar. une évaluation avec les services d’encadrement et des rapports semestriels seront rédigés pour donner la progression du projet et envoyés au bailleur.

SPIP | | Plan du site | Les brèves Flux des articles | Suivre la vie du site Flux des brèves

Thème créé par : Kozlika sous GPL. Squelette et thème adaptés par André Petithan.

Soutenir par un don