Ce site est une archive et n'est plus mis à jour depuis juin 2018

Accueil > Réalisations > Réalisations 2008-2009 > Soins de santé 2009 > Taw Feex, la mutuelle de santé de Malem-Hodar.

Taw Feex, la mutuelle de santé de Malem-Hodar.

dimanche 30 novembre 2008, par Papa Diop

L’ asbl Malem-Auder rend visite ce 2 décembre 2008 à Monsieur Abdoulaye Faye, Président du conseil d’administration de la mutuelle Taw Feex de Malem-Hodar .

Entretien réalisé par M. Papa Diop.

Monsieur Faye, voulez-vous présenter votre structure au public ?

La mutuelle Taw Feex regroupe l’ensemble des villages de la communauté rurale de Malem-Hodar. Elle a un rôle de solidarité entre les membres, d’entraide, de partenariat. Elle a des buts non lucratifs. Son objectif est d’amener les populations à accéder aux soins de santé de qualité à moindre coût.

JPEG - 154.7 ko

Voulez-vous revenir sur l’historique de la mutuelle ?

Avant la mutuelle, il existait des systèmes de collecte de fonds dans les marchés, dans les mosquées pour venir en aide aux malades démunis. Souvent, les fonds récoltés ne permettaient pas de couvrir les charges de la prestation. Ces systèmes étaient mal vus par certains car ils jouaient sur la dignité des gens. Par expérience, on a jugé nécessaire de monter une association qui coïncide avec l’ère de la mutualité. Avec l’accord des autorités locales et l’appui de la Vision Mondiale, une ONG suisse qui intervient à Malem-Hodar.

Ainsi un comité d’initiative composé de cinq membres a été mis sur pied. Le 25 septembre 2004, une Assemblée Générale présidée par le Sous-Préfet, le Président du Conseil rural de Malem-Hodar et le Responsable de la Vision Mondiale de Kaffrine a été tenue.

Les délégués de soixante-quatre villages de la communauté rurale choisissent le comité directeur composé de vingt-sept (27) membres. A partir de là, un bureau de six (6) membres (un président du Conseil d’administration, un vice-président, un secrétaire et son adjoint, un trésorier et son adjoint) se chargera du travail. Parallèlement, il y a un comité de surveillance composé de cinq (5) membres et quatre (4) commissions de deux (2) membres chacune : la commission médicale, la commission des finances, la commission chargée des relations extérieures et la commission IEC.

JPEG - 134.3 ko

Quels sont vos partenaires au niveau local ? Est-ce que l’Etat du Sénégal vous apporte une subvention ?

L’Etat, par le biais du Sous-Préfet, a facilité notre installation avec l’attribution d’un local.

Il nous appuie en communication téléphonique. L’Etat du Sénégal promet un fond de garantie pour les mutuelles communautaires.
La Vision Mondiale est le bailleur de fonds de la mutuelle. Elle a réhabilité le local qui nous sert de siège, elle l’a équipé et a parrainé beaucoup d’élèves dans la mutuelle. Elle a doté la mutuelle d’une moto et joue un grand rôle de plaidoyer pour la mutualité.

Un projet belge dénommé ASSRMKF (Appui au Système de Santé dans les Régions Médicales de Kaolack et Fatick) nous aide dans la sensibilisation et promet du matériel informatique et un moyen de déplacement.

Comme vous travaillez avec le secteur de la santé, vous devez avoir de bons rapports avec le district sanitaire de Malem-Hodar. Quels sont ces rapports ?

Nous sommes des prestataires de service. Les agents de santé sont des prestataires de soins. Notre politique est d’inciter les populations à fréquenter les centres de santé au moment opportun. Nous participons à leurs réunions de coordination à la fin de chaque mois. Nous sommes associés à leurs différentes séances de vaccination. Une convention annuelle définit notre collaboration. Celle-ci donne le taux de prise en charge des prestations offertes par la mutuelle.

Quel est, actuellement, le nombre d’affiliés de votre mutuelle ?

Présentement, nous sommes 1.366 membres et nous comptons prendre dès janvier prochain 2.500 enfants qui seront parrainés par la Vision Mondiale. Ces enfants ont déjà eu leur carnet d’affiliation. Nous espérons aussi, avec l’aide de l’asbl Malem-Auder, pouvoir affilier l’ensemble des jeunes scolarisés au sein du CEM et de l’école Mor Ndiama Kâ.

Est-ce que le rythme d’affiliation vous convient ?

Non, jusqu’à présent notre objectif n’est pas atteint. Il consiste à prendre toute la population de la communauté rurale de Malem-Hodar en charge dans les prestations de la mutuelle.

Comment se porte la santé financière de la mutuelle communautaire Taw Feex ?

Nous avons quand même des difficultés au niveau des cotisations qui traînent beaucoup. Cependant la mutuelle n’a pas de crédit vis-à-vis de ses partenaires. Récemment, nous avons donné une caution de 100.000 francs CFA* au centre de santé pour relever le plateau technique de la structure. Dans le compte de la mutuelle, il ne reste plus que 58.000 francs CFA après un payement des prestations du district sanitaire d’une valeur de 300.000 francs CFA.

Quelle stratégie déployez-vous pour avoir le maximum d’affiliés ?

La sensibilisation est la stratégie la plus employée à travers nos différentes tournées dans la cinquantaine de villages de la communauté rurale. Nos partenaires nous appuient dans cette stratégie avec les plaidoyers dans les différentes réunions avec les populations.

Comment préconisez-vous l’affiliation de masse ?

La procédure d’affiliation est le même pour tout le monde. Cependant seul le conseil d’administration est habilité à définir des cas exceptionnels.
Pour s’affilier, la personne doit se présenter avec une somme de 3.400 francs CFA plus une photo d’identité.
Les 2.400 francs CFA constituent les frais d’affiliation annuels et les 1.000 francs CFA représentent le prix du carnet.
Après avoir rempli ces conditions, on devient un membre de la mutuelle avec un carnet muni de la photo du propriétaire et recouverte du cachet de la mutuelle.

Quel est en moyenne le nombre d’affiliés par année dans votre structure ?

En moyenne, nous recevons jusqu’à 400 nouveaux affiliés par an.

* 655 francs CFA = 1 €

Portfolio

SPIP | | Plan du site | Les brèves Flux des articles | Suivre la vie du site Flux des brèves

Thème créé par : Kozlika sous GPL. Squelette et thème adaptés par André Petithan.