Deprecated: Unparenthesized `a ? b : c ? d : e` is deprecated. Use either `(a ? b : c) ? d : e` or `a ? b : (c ? d : e)` in /home/clients/f15512691cb056b20b6450efb2a13242/web/spip/ecrire/inc/utils.php on line 2707
Le Sénégal et ses zones rurales - SITE ARCHIVE
Ce site est une archive et n'est plus mis à jour depuis juin 2018

Accueil > Malem-Hodar > Le monde rural au Sénégal > Le Sénégal et ses zones rurales

Le Sénégal et ses zones rurales

samedi 7 mars 2009, par Papa Diop

Le Sénégal est un pays de l’Afrique de l’ouest, d’une superficie avoisinant les 198.000 kilomètres carrés environ. C’est l’Etat le plus occidental de la région ouest-africaine.

C’est un pays à grande majorité rurale : plus de 60 ℅ de la population vit en campagne. Cette vaillante masse paysanne s’active essentiellement dans le secteur primaire notamment dans l’agriculture et l’élevage

Ces deux secteurs d’activités sont tributaires d’une pluviométrie enregistrée durant l’hivernage (Juin à Octobre). Ces deux dernières décennies sont caractérisées dans les campagnes sénégalaises par une réelle fluctuation régressive de la pluviométrie affectant durement les rendements agricoles et pastoraux. Le deuxième handicap et non moins important est la pauvreté des sols dans presque tout le pays. Une exploitation continue sans enrichissement par des engrais chimiques ou par le système de jachère adéquat a fini par instaurer des rendements agricoles si faibles que les jeunes très ambitieux en projets ont pris la voie de la migration pour aller chercher des lendemains meilleurs dans les centres urbains plus propices en confort et en revenus ou même au-delà des océans dans les pays du nord, supposés être l’Eldorado, la source d’enrichissement...

Le Sénégal a été un grand producteur agricole durant l’époque coloniale. La culture arachidière introduite vers 1823 au nord du pays a fait ses beaux jours. Si la colonie sénégalaise a été considérée par la métropole française, c’est dans une large mesure grâce à sa bonne production arachidière très prisée comme matière première. C’est dans ce même ordre d’idée que la colonie a bénéficié plus d’infrastructures en terme de voies de communication que les autres colonies de l’ex- AOF (Afrique Occidentale Française)

D’ailleurs c’est cette tradition de grand producteur d’arachide qui s’est poursuivi au lendemain des indépendances. Le nouvel Etat du Sénégal parvenait à tirer de grands revenus à travers cette activité agricole. Et mieux encore la plupart des centres urbains sont nés de l’extension de points de vente d’arachide communément appelés –Escales de traite – Les villes semi urbains comme Kaffrine, Guinguinéo, Gossas, Kougueul, ... entrent dans ce cadre.

Les vieilles personnes issues du monde rural, témoins de la période post indépendance, expriment ouvertement leur nostalgie de cette période qu’elles qualifient de belle vie. On vivait dans la quiétude dans les villages car il y avait une autonomie. Une réelle autosuffisance alimentaire existait assurée par une bonne productivité céréalière. Les innombrables besoins que connaît le monde d’aujourd’hui n’existaient pas. Une réelle solidarité permettait de voiler une grande pauvreté d’une bonne partie de la population villageoise.

Aujourd’hui des mutations importantes ont octroyé aux campagnes sénégalaises de nouveaux visages et de nouvelles réalités. L’électrification rurale connaît une bonne extension permettant aux citoyens sénégalais vivant en campagne de s’ouvrir au monde grâce aux moyens de communication surtout la télévision. La scolarisation n’est plus l’apanage d’un groupe. Aujourd’hui partout dans les campagnes existent des écoles qui prennent en charge la formation des jeunes. La scolarisation de proximité alliée aux différents programmes d’alphabétisation à travers tout le pays doit sûrement combattre l’analphabétisme, véritable frein au développement global.

SPIP | | Plan du site | Les brèves Flux des articles | Suivre la vie du site Flux des brèves

Thème créé par : Kozlika sous GPL. Squelette et thème adaptés par André Petithan.